jeudi 17 août 2017

Provence : George Lucas rachète le Château Margüi via la société Skywalker Vinyards

Le realisateur americain George Lucas a fait l'acquisition du Chateau Margüi, une propriete viticole a Chateauvert (Var), a indique a l'AFP Philippe Guillanton, qui en etait le propriétaire depuis dix-sept ans.

La transaction, qui remonte au mois d'avril, n'a été révélée que dimanche par le quotidien Var-Matin. Le montant de la transaction n'a pas été communiqué par le vendeur mais le maire de cette petite commune varoise, Serge Loudes, évoque dans les colonnes du quotidien la somme de 9,5 millions d'euros.

L'ex-propriétaire Philippe Guillanton, qui a indiqué à l'AFP assurer actuellement la transition, précise que la transaction a été réalisée avec la société Skywalker Vineyards, une société d'investissement dans le vin déjà propriétaire de vignobles en Californie et en Italie. George Lucas est l'actionnaire principal de cette société dont le nom reprend celui du héros de sa saga-phare, Star Wars.

La société Skywalker Vineyards projette d'investir 15 millions d'euros supplémentaires pour moderniser la cave et construire une résidence hôtelière destinée à des réunions d'entreprise ou de famille et des réceptions privées.

Le conseil municipal de la commune de Châteauvert a voté en février, avant la conclusion des négociations de vente, une modification de son plan local d'urbanisme de manière à autoriser cette extension, qui doit selon M. Guillanton permettre de créer "entre vingt et trente emplois" après deux ans de travaux.

Le Château Margüi, qui compte plus d'une centaine d'hectares, produit sur une quinzaine d'hectares un vin d’appellation d'origine protégée coteaux-varois-en-provence. Sa bastide est cataloguée comme bâtiment agricole remarquable mais ne constitue pas un monument classé.

source : finances.net

Résultat de recherche d'images pour "chateau margui"


Etats-Unis : Duckhorn rachète Calera, domaine "icone" du Pinot Noir

Duckhorn has acquired fellow California estate Calera, one of the most acclaimed producers of Pinot Noir in the region.
The price of the transaction has not been disclosed. It comes as the latest in a series of buyout deals in the US wine industry.
Founded in 1975 by Josh Jensen, Calera has played pivotal role in establishing the reputation of Pinot Noir in the US, and in California’s Central Coast specifically.
Alex Ryan, president and CEO of Duckhorn, said, ‘Like our own founders, Dan and Margaret Duckhorn, Josh is a visionary and pioneer who has spent more than four decades shaping the modern American palate for luxury wines. What he has achieved at Calera has been nothing short of remarkable.
‘Calera is one of the world’s great wineries, and we will ensure that Josh’s legacy of quality and excellence will continue to flourish for decades to come.’
There will be no changes to Calera’s functioning and personnel, said Duckhorn.
Mike Waller, Calera winemaker, will retain his position and Josh Jensen is set to join the Duckhorn board of directors.
Jensen said, ‘Calera is my life’s work. In this era of industry consolidation, it was vital to me that I choose a partner that not only shares the values that have always defined Calera, but that also has the market presence to provide our wines a continued strong and secure route to market.’
The deal between Duckhorn and Calera comes only a year after Duckhorn itself, and its 90 hectares of vineyards in Napa Valley, was sold to San Francisco-based TSG Consumer Partners.
source : Decanter
Calera's Jensen vineyard in Mt Harlan AVA.

samedi 12 août 2017

Bourgogne : le domaine Jayer-Gilles racheté par André Hoffmann

Encore un nom de la Bourgogne viticole racheté par un étranger. Héritier du laboratoire pharmaceutique suisse Hoffmann-La-Roche, André Hoffmann a acquis ce mois d’août la majorité du domaine bourguignon Jayer-Gilles.

André Hoffmann se présente comme un amoureux de la Bourgogne et de ses vins. Familier du sud de la France, le Suisse, vice-président du groupe pharmaceutique familial Hoffmann-La-Roche, a réalisé son rêve de gosse en acquérant un domaine viticole bourguignon.

Son béguin s’est porté sur le domaine Jayer-Gilles, une maison "synonyme d’une vinification rigoureuse, de vins de grande tenue", juge-t-il au lendemain de la vente.

Ce domaine d’une dizaine d’hectares situé à Magny-lès-Villers, à un kilomètre au nord de Ladoix-Serrigny et d’Aloxe-Corton, a connu une certaine notoriété dans les années 1990 en signant des vins en rupture avec la tradition bourguignonne de l’époque.

HOFFMANN, LA 15ÈME FORTUNE D'EUROPE

Le vigneron Gilles Jayer-Gilles, aux commandes du domaine depuis 1982, restera quelques temps encore le chef d’orchestre, avant de céder la place à deux jeunes vignerons, Julien Gros (domaine Christian Gros), qui a œuvré aux châteaux de Beaucastel (Rhône) et Miraval (Provence), et Alexandre Vernet (domaines Gilbert, Philippe Germain et Manuel Olive).

D’après la dernière liste des plus riches familles d’Europe publiée par l’excellent magazine suisse Bilan, la fortune professionnelle de la famille Hoffmann s’élèverait à près de 26 milliards de francs suisses, soit 23 milliards d’euros, ce qui la place au quinzième rang en Europe.

Désormais à la tête des crus Nuits-Saint-Georges Les Hauts Poirêts, Nuits-Saint-Georges 1er Cru les Damodes et du grand cru Echezeaux du Dessus, André Hoffmann, entend poursuivre en Bourgogne ses efforts de conservation de la nature. Passionné par l’écologie et spécialiste des oiseaux sauvages de Camargue, M. Hoffmann est en effet vice-président du World Wide Fund for Nature (WWF International).

source : RVF


lundi 7 août 2017

Languedoc : Vranken cède ses parts dans Listel à Castel

La deuxième maison de champagne sort du partenariat avec le groupe Castel dans le rosé.

Vranken-Pommery Monopole, la deuxième maison de champagne avec un chiffre d'affaires de 262 millions d'euros, a décidé de mettre un terme à son partenariat à 50-50 avec le groupe Castel. Le champenois cède en effet ses parts dans Listel à Pierre Castel pour un montant qu'il refuse de communiquer.

Annoncé tambour battant en 2013, la création de la coentreprise Listel SA devait servir de très grandes ambitions dans le secteur du rosé. Vranken pensait booster sa production de l'usine de Villeroy (Hérault) de 33 à 40 millions de bouteilles de rosé en trois ans en s'appuyant sur le réseau de distribution de Castel en Chine, en Russie et en Afrique. Le chiffre d'affaires devait bondir de 70 millions d'euros en 2012 à 90 millions d'euros en 2015. Selon Paul-François Vranken, le patron de la maison de champagne, il s'est établi à 86 millions d'euros en 2016. Le reste de l'activité rosé, dont les vins de Camargue, que conserve le groupe, a enregistré des ventes de 38 millions d'euros l'an dernier. Selon le document de référence, le résultat opérationnel courant (Roc) de l'activité Rosé hors Listel a été divisé par deux en un an, de 5,4 millions d'euros à 2,3 millions. En revanche, au premier semestre 2017, le chiffre d'affaires a fait un bond de 12,5 %, à 10,8 millions d'euros. Le groupe n'a pas souhaité commenter.

Par ailleurs, le champenois s'est lancé dans la production d'un vin pétillant (95 % chardonnay) aux Etats-Unis sous la marque Louis Pommery California qu'il juge « très prometteur ». Vranken estime que ce nouveau vin va lui permettre de « conquérir des parts de marché sur un segment en très forte croissance. Grâce à l'effet croisé de la publicité et de la notoriété, la marque Pommery se développera ». Ainsi, l'activité américaine de Vranken Pommery devrait gagner 10 % de chiffre d'affaires supplémentaires. Les vins pétillants rencontrent beaucoup de succès aux Etats-Unis, les « sparkling » plus que le champagne, parce que vendus à des prix très accessibles.

Selon Stanislas Thierry, le directeur marketing de Vranken Pommery America, le pétillant californien n'est pas destiné au marché français. En revanche, l'exportation au Japon et au Canada a commencé. Sur le marché américain, qui est le plus rentable au monde pour le vin et les spiritueux, Vranken n'est encore que très faiblement développé. Il n'y réalise que 5 % de son chiffre d'affaires. Le groupe, pour qui la France représente plus de la moitié de ses livraisons de champagne, y a accru ses ventes de près de 3 % en 2016, à 175 millions d'euros, tandis que l'export a reculé de 1 %, notamment en raison de la dévaluation de la livre sterling consécutive à l'annonce du Brexit.

source : Les Echos / Marie-Josée Cougard

Résultat de recherche d'images pour "listel"

samedi 29 juillet 2017

Bordeaux : la famille Moueix (Château Belair-Monange) rachète le Clos La Madeleine et le château Magnan La Gaffelière

Ce début d’été est propice aux acquisitions dans le Bordelais ou ailleurs. Et à ce petit jeu, Saint-Emilion est très dynamique. Ainsi, le Clos la Madeleine vient de passer entre les mains de la famille Moueix.


Propriétaire de plusieurs domaines de renom (Trotanoy, Bélair-Monange, Latour à Pomerol), la famille Moueix, par l’intermédiaire du Château Belair-Monange vient de racheter Clos la Madeleine, son proche voisin, ainsi que Château Magnan La Gaffelière.


« Le rachat est en cours » confirme Mr Christian Moueix tout en précisant que les délais légaux n’ont pas atteint leur date butoir. Un achat qui s’est effectué auprès des 84 investisseurs privés gérés par la Société Générale et détenant les deux propriétés.

Avec seulement 2,30 hectares, Clos La Madeleine est situé juste en dessous de Château Bélair Monange, anciennement Château Bélair avant son rachat par la famille Moueix en 2008 et l’intégration de Château Magdelaine en 2012, sur un magnifique terroir calcaire et un encépagement de 76% merlot et 24% cabernet franc.



Château Magnan la Gaffelière, quant à lui, est morcelé en de très nombreuses parcelles et s’étend sur 10ha39.

« Les terroirs sont différents et nous souhaitons conserver l’indépendance de chaque entité » confirme Christian Moueix.

source : Terre de Vins


Résultat de recherche d'images pour "clos la madeleine"

Bordeaux : le groupe SCOR rachète le château Troplong-Mondot (Premier Grand Cru Classé B)


Nouvel épisode dans le « mercato des châteaux » très agité cet été sur la rive droite bordelaise. Château Troplong Mondot, Premier Grand Cru Classé B, vient d’être vendu au groupe de réassurance français SCOR.


Depuis le décès de Christine Valette-Pariente en 2014, à la veille des dégustations primeurs, les rumeurs étaient nombreuses sans que rien ne soit réellement finalisé. Tout le monde savait qu’un jour où l’autre Château Troplong Mondot changerait de main.

C’est désormais chose faite avec l’annonce de l’acquisition du domaine par le groupe SCOR, une société française de réassurance. SCOR sera seul maitre à bord puisque le rachat porte sur l’ensemble des parts du Château Troplong Mondot, qui appartenait à Xavier Pariente et aux ayants droit de Christine Valette-Pariente.

Le Château Troplong Mondot jouit d’une situation exceptionnelle avec 33 hectares de vignes d’un seul tenant, sur un des points culminants de Saint-Émilion, la butte de Mondot (106 mètres) et sur le plateau calcaire qui va jusqu’à la côte Pavie. Une situation d’exception avec un encépagement de 90% de merlot, 5% de cabernet franc et 5% de cabernet-sauvignon.

Connu et reconnu à travers le monde, le Château possède également un restaurant étoilé, Les Belles Perdrix, récompensé d’une étoile au célèbre guide rouge, et qui fait, comme le confirme Myriam Ruer, la directrice de la communication de Château Troplong Mondot, parti du rachat.

Xavier Pariente, l’actuel copropriétaire et gérant, maintiendra ses fonctions pendant 3 mois avant la nomination par le nouvel acquéreur d’un nouveau directeur général.

source : Terre de Vins
Résultat de recherche d'images pour "troplong mondot"



Bordeaux : le groupe Chanel, propriétaire des châteaux Canon et Rauzan-Ségla, rachète le château Berliquet (Premier Grand Cru Classé B)

On connaissait depuis quelque temps les envies d’agrandissement de Château Canon, vaisseau amiral de la maison Chanel sur la rive droite bordelaise, mais il faut dire qu’avec le rachat de Château Berliquet, également Cru Classé, ce dernier frappe un grand coup.

Château Berliquet, Grand Cru Classé de Saint-Émilion, est une très belle propriété sur le plateau calcaire de Saint-Émilion, entre Château Canon et Château Belair-Monange. Une aubaine donc pour le groupe Chanel, propriétaire de Château Canon et de Château Rauzan-Ségla à Margaux. Sur une superficie de 9 hectares environ, le vignoble est planté de 70% de merlot, 25% de cabernet franc et 5% de cabernet-sauvignon.

Conseillé par Stéphane Derenoncourt (consultant) et Nicolas Thienpont (directeur), qui ont fait un travail de fond indéniable et remis le domaine sur un niveau qualitatif très élevé, cette propriété sera désormais gérée par le talentueux Nicolas Audebert, vinificateur et directeur Château Canon, Château Rauzan-Ségla et, désormais, Château Berliquet.

Pour sa part, Château Canon, Premier Grand Cru Classé B, situé sur le plateau calcaire de Saint-Émilion est une magnifique propriété de 34 hectares, composée majoritairement de merlot et de 30% de cabernet franc. Depuis le millésime 2015, et l’arrivée de Nicolas Audebert, le vin connait un regain d’intérêt de la part des critiques professionnels et donc du négoce et des marchés internationaux. Terre de Vins lui a d’ailleurs décerné un coup de cœur pour son millésime 2016 avec la note de 19/20.

Apparemment, et selon les lois en vigueur, il ne sera pas possible d’intégrer Château Berliquet dans l’assiette foncière de Château Canon. Contactées par Terre de Vins, les deux parties n’ont pas souhaité faire de commentaires.

source : Terre de Vins
Résultat de recherche d'images pour "berliquet"










Bordeaux : M. et PF. Emmanueli reprenne le château Fauchey accompagné par un fonds hongkongais

Le domaine bio de 6,5 hectares a séduit une holding de Hong-Kong pour sa capacité de réception, et le potentiel de développement de son vignoble.

En appellation Cadillac Côtes de Bordeaux et certifié bio, le château Fauchey vient d’être vendu par Maryse et Paul-François Emmanuelli à la société d’investissement Profitsun Holdings, basée à Hong Kong. Annoncée par le cabinet Maxwell-Baynes-Vineyards, la vente concerne 6,5 hectares de vignes (sur 26 hectares de propriété) et les stocks du domaine (avec une cuvée rouge et une étiquette rosée).

Comptant demander de nouvelles autorisations de plantation, les nouveaux propriétaires tablent sur le potentiel réceptif de la propriété, qui développe depuis 2014 une activité de chambres d’hôtes. « Nous recherchions un vignoble avec un beau château pour accueillir les personnes appartenant à notre groupe et nos clubs » indique dans un communiqué le président de Profitsun Holdings, Xu. Qui prévoit la distribution des vins de la propriété « aux membres de nos clubs situés principalement à Pékin, Shenzhen et Hong Kong ».

Attractif Cadillac

Cet investissement s’inscrit dans une véritable série d'implantations chinoises en AOC Cadillac : les châteaux Renon en 2015, Birot en 2014, Grand Mouëys en 2012…
Faisant valoir leurs droits à la retraite, le couple Emmanuelli avait acquis le domaine en 2010, et lancé sa conversion à la viticulture bio (certifiée en 2013).

source : Vitisphère

Rhône : la Maison Guigal rachète le Domaine de Nalys

Ancrée dans les Côtes-du-Rhône septentrionales, la maison Guigal investit dans la prestigieuse AOC méridionale, où elle n’était présente que par le négoce.

Propriété d’une cinquantaine d’hectares en appellation Châteauneuf-du-Pape, le domaine de Nalys vient d’être intégralement acheté par la maison E. Guigal à l’assureur Groupama. Qui possédait la propriété depuis 1975 (et son rachat à la famille Duffays). N’ayant jusque-là qu’une activité de négociant dans les Côtes-du-Rhône méridionales, cet investissement majeur marque l’arrivée en tant que propriétaire viticole de Guigal. Qui « élève et sélectionne des vins de Châteauneuf-du-Pape depuis 1946. C’est très naturellement que notre famille intègre cette prestigieuse appellation historique aujourd’hui » commente Marcel Guigal, le président de la société éponyme dans un communiqué.

75 ha en Côtes-du-Rhône septentrionales

Basé à Ampuis depuis 1946, le négociant ne possédait jusque-là 75 hectares dans les Côtes-du-Rhône Nord (AOC Côte-Rotie, Condrieu, Saint-Joseph, Crozes-Hermitage et Hermitage).

source : vitisphère
Résultat de recherche d'images pour "domain nalys"

Les Guigal sont aujourd’hui dans les vignes de Châteauneuf-du-Pape pour arpenter leur nouvelle propriété et faire connaissance avec les équipes du Domaine de Nalys, un vignoble de plus d’une cinquantaine d’hectares tout en coteaux sur la route de Courthézon. L’acquisition vient d’être signée avec les Assurances Mutuelles Agricoles Groupama qui en étaient propriétaires depuis 1976, avec l’accord de la Safer par qui transitent 90% des transactions de ce vignoble. « Et le fait que nous soyons déjà vignerons dans la vallée du Rhône et déjà impliqué dans celui de Châteauneuf a joué en notre faveur, commente Philippe Guigal qui rappelle que son grand-père Etienne (le ‘E’ de la maison éponyme) vendait déjà un Châteauneuf de 1942 à la fondation de la maison à Ampuis en 1946. La maison du Rhône Nord est déjà un « acteur significatif » de l’appellation en commercialisant environ 300 000 bouteilles par an en partenariat avec une quarantaine de vignerons.

Des blancs déjà de belle renommée

Le domaine de Nalys est la première propriété de Rhône méridional acquise par la maison du Rhône Nord. Le domaine, déjà mentionné au cadastre au XVIIe siècle, avait gagné une belle notoriété en étant la propriété du Dr Duffays pendant près d’un siècle. Il était déjà connu pour ses blancs (environ 15% de la production) ; restera à « apporter des idées pour les rouges, en collaboration avec Isabelle Ogier qui gère déjà le domaine et qui restera en place, et avec le maître de chai en cours de recrutement », le précédent, Pierre Pélissier étant parti à la retraite en début d’année. Le domaine qui emploie une douzaine de personnes regroupe trois grands îlots avec vue sur le château de Châteauneuf, le Ventoux et les Dentelles de Montmirail : Nalys où est basée l’exploitation au lieu-dit Grand Pierre, le Bois Sénéchal et le fameux terroir de la Crau. Le domaine légèrement en altitude est planté avec les 13 cépages de l’appellation mais principalement en grenache (à 60%), cultivée en agriculture raisonnée. « Ce terroir est le principal atout de cette acquisition, une opportunité fantastique, estime Philippe Guigal. C’est un vignoble bien entretenu et un beau potentiel de par une unité rare sur le secteur. Mais la cave méritera sans doute quelques aménagements ». « Nous sommes ravis que le domaine de Nalys soit repris par une maison aussi prestigieuse que la Maison Guigal qui en apportant son savoir-faire, assurera à coup sûr un avenir radieux aux vins du domaine » concluait Amaury Cornut-Chauvinc, président de Groupama Méditerranée. Philippe Guigal n’a pas souhaité communiquer sur le montant de la transaction. Le prix de l’hectare dans l’appellation oscille actuellement entre 350 et 400 000 €, installations non comprises.

source : terre de vins

Bourgogne : Louis Jadot rachète le Domaine Prieur-Brunet

En reprenant la propriété de 18 hectares à Santenay, la maison Louis Jadot conforte ses approvisionnements sur six crus de la Côte de Beaune.

Cum priore vino prior deum laudat : « avec le vin du prieur, celui-ci loue le Seigneur », clame la devise du domaine Prieur-Brunet, qui passe désormais sous la frise de Bacchus, l’emblème de la maison Louis Jadot. Le négociant de Beaune vient en effet d’acquérir la propriété de 18 hectares basée à Santenay. Louis Jadot étoffe ainsi ses approvisionnements en Côte d’Or avec des parcelles disséminées sur six crus : Beaune (premier cru Clos du Roi), Chassagne-Montrachet (premiers crus Embazées et Morgeot), Meursault (Chevalières, premier cru Les Charmes), Pommard (premier cru Les Platières), Santenay (premiers crus Comme, Clos Faubard, Clos Rousseau, Maladière…) et Volnay (premier cru Santenots).

213 ans de propriété familiale

Précisément fondé par les frères Prieur le 11 ventôse de l'an 12 (soit le 11 mars 1804), le domaine Prieur-Brunet rassemble les vignes du château Perruchot (Santenay). Depuis 2004, et le bicentenaire de sa fondation, la propriété familiale était dirigée par Guillaume Uny-Prieur, représentant de la huitième génération, avec le soutien de sa mère, Dominique Uny-Prieur.
Déjà propriétaire de 225 hectares en grande Bourgogne, la maison Louis Jadot en possède 120 ha en Côte-d’Or. « Alors que de plus en plus de domaines optent pour la mise en bouteille à la propriété et que le marché pour les raisins de qualité est de plus en plus compétitif, les négociants bourguignons accroissent de plus en plus leur propre vignoble » analyse la revue Decanter.

source : vitisphère

 Respectivement huitième et septième générations de la famille à diriger le domaine, Guillaume et Dominique Uny-Prieur viennent de céder les rênes à la maison Louis Jadot.